AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez|

il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville. (clémence)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
▽ messages. : 9
▽ crédit. : petite copine
▽ points. : 10
Date d'inscription : 11/06/2012

MessageSujet: il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville. (clémence) 30.07.12 15:11




landfill heart.

pseudo, prénom ▽ clémence.
age ▽ 17 ans.
localisation ▽ essonne.
groupe désiré ▽ écrivains passionnés.

tes écrits.

ma mémoire est une forêt dont on a abattu les arbres.
defi n°1.


Rêve. Cauchemar. Peur. Les yeux de Lysmée s'ouvrirent derechef. La surprise la foudroya sur place, si bien qu'elle se retrouva assise sans savoir comment ses membres s'étaient redressés. La main posée sur son front, elle retirait la fine épaisseur de sueur qui la dérangeait. Son compagnon n'était toujours pas rentré. Elle laissa quelques larmes s’échapper, c'était si réel...

Elle marchait dans Poudlard, la baguette à la main, qu'elle serrait si fort que les jointures de ses mains rosirent. A l’affût du moindre bruit, elle regardait autour d'elle les débris causés par la magie et les bombardements. Les corps amassés sous les pierres, des amants enlacés pour la dernière fois, avant le fracas final. Et, devant elle, hurlant à tout poumons, la main sur le torse, son seul amour à l'agonie. Elle se précipita vers lui avant de voir un éclair vert foncer droit sur elle...

De sa main droite, elle chassa toutes les larmes de ses joues pales. Elle avait besoin de sortir. Un pied après l'autre, elle balança ses jambes hors du lit conjugal, et s’échappa dans la salle de bain. Se glissant dans la douche, Lawn attrapa un gel douche et appuya sur le bouton d'eau tiède afin de se laver. Avec acharnement, elle frotta chaque parties de son corps comme pour retirer le reste de son cauchemar. Elle se calma lentement, en observant le savon couler dans le conduit d'eau... Elle avait besoin d'aller au mémorial aujourd'hui. Pour Manoe, la sœur d’Émeline, sa meilleure amie. Cette adorable gamine de Serdaigle, morte sous les pierres...

La porte d'entrée claqua, et la voix de son amoureux s’éleva. « Lawn ? » Il était là. Enfin. Vivant. Sa voix, encore rocailleuse, laissa entendre l'endroit où Lysmée se trouvait. La bouteille de shampoing dans les mains, la porte de la salle de bain s'ouvrit, et elle entendit son souffle discret, impatient. La boucle de sa ceinture était bruyante tandis qu'elle se lavais les cheveux avec application. Son jean tomba au sol, d'après les bruits qu'elle distinguait, et le temps que Lawn rince ses cheveux, il se tenait devant elle, dans la douche, nu et commençant à être légèrement mouillé. Elle se serrait contre lui, tremblante. En sécurité. Il posa ses lèvres sur sa clavicule, et la main de la demoiselle reposait sur le torse du jeune homme. « Tu as fait un cauchemar. » C'était une affirmation, il le savait. Elle hocha la tête, et il serra Lawn contre lui, avant qu'elle s'empare de ses lèvres et le plonge dans des délices interdits pour oublier ses mauvais rêves et redécouvrir une utopie bien plus jolie...

Les cheveux encore mouillés, elle enfila un pull et un jean sombre avant de mettre des bottes pour sortir à Hyde Park. Sa baguette dans sa poche arrière gauche, elle embrassa une dernière fois son concubin avant de partir affronter la fraîcheur du moi de Mars, un trench au bras, un sac de l'autre. Il était tôt, dans les environs de 6 heures et demi. Un vent glacé vient caresser la joue rougi de Lawn, qui s'empressa de passer son manteau. Elle portait des vêtements moldus parce qu'elle souhaitait acheter des fleurs moldus avant de leur jeter elle même un « Glacius » afin de geler les fleurs et de les empêcher de faner. D'un autre côté, ce sera délicieusement esthétique. Cependant, le fleuriste n'ouvrait qu'à 7 heures, elle avait donc le temps d'aller échanger de l'argent sorcier contre du moldu à la banque et d'aller prendre un capé dans un bar moldu. A moins que ça soit un cadé ?

« Quelle couleur ? » Devant elle se trouvait une diversité de fleurs qui lui coupait le souffle. Les odeurs s'entouraient et elle refusa les rouges. Elle ne voulait pas une couleur de sang, ça ramènerait trop de souvenirs. Ni de roses roses, elle détestait cette couleur. Manoe aussi. Blanche, oui. Paix. Ces enfants avaient besoin de paix, d'être en paix. Elle paya son choix, puis marcha sous les gouttes de pluie typiquement Londonienne pour se rendre au mémorial. Elle pleura à nouveau en pensant à sa meilleure amie. « Il pleut sur la vie comme il pleut sur mon âme. » Et elle se sentait exactement comme ça.

Le vent glaçait son sang. Elle fit apparaître sa cape de son sac, et s'emmitoufla à l’intérieur. Elle se plia légèrement afin de poser sur la tombe les quelques fleurs. D'un geste adroits du poignet, elle lança un « Glacius ». Une à une, les fleurs se recouvraient d'un voile de gèle, brillantes, aux reflets de diamants. Un léger sourire de satisfaction se posa sur ses lèvres, et une larme perla sur sa joue. Elle resta quelques instants, un genou au sol, observant le marbre gravé. Puis, elle se releva, recula de trois pas pour regarder le mémorial, ses mains tremblantes, avant de clore les yeux et de rassembler toute la paix qu'elle avait en elle pour...

Elle lâcha un bruit étouffé. Quelques chose de froid, désagréable lui avait traverser le corps... La sensation était fort désagréable, comme lorsque... Comme quand la Dame Grise la traversait ! Un fantôme. Une fille. Avec l'uniforme de Poudlard, son écusson montrait son appartenance à Poufsouffle. Elle n'avait même pas atteint la majorité... Le fantôme flottait autour de la vivante, comme un chasseur tournerait autour de sa proie. Lysmée ouvrit la bouche pour parler mais le fantôme se fondit sur elle, et hurla : « C'est ta faute ! Ta faute si nous sommes morts ! » Ses mots résonnaient comme une litanie dans toutes la rue. Dans l'esprit de Lawn, aussi, qui était désormais terrorisée. Le visage fantomatique de la morte s'était déformé comme ceux des harpies lors d'un élan de colère. « Je n'ai rien fait, rien fait... » Sanglota la brune. Le fantôme continua à tourner en cercle. « Tu ne sais même pas qui je suis, n'est ce pas ? Je m'appelle Emma … et je suis morte. » Lysmée se mordilla la lèvre inférieure. Une sang-mêlé, assurément, elle n'avait jamais entendu parler d'elle. « Si jeune... Tu avais tant de temps devant toi... Je suis désolée. » A nouveau, le visage de la défunte se déforma et cria : « Non, je n’ai pas le temps et je ne suis pas jeune ! Y a rien de plus niaiseux, de plus épais, de plus cave, qu’un jeune qui dit de lui qu’il est jeune ! Ca veut dire qu’il est déjà mort. Comme je suis morte ! »

Lawn se souvenait à peine des articles dénonçant un acte de l'ordre, mais elle était remuée de voir que même un fantôme pensait l'organisation secrète coupable. Jamais au grand jamais l'ordre n'aurait fait un tel acte. De un, elle l'aurait su. De deux, elle l'aurait contesté. Le but étant de protéger et non détruire. Oui, ce n'était pas la faute de l'ordre, mais la demoiselle avait tout de même envie de vomir. Lysmée tentait de trouver un brèche au cercle impertueux qu'avait formé Emma, mais cette dernière n'était pas décidée à la laisser.

D'autres fantômes apparaissaient, et la situation semblait de plus en plus invraisemblable. « Imagines, imagines que pour moi, c'est fini, fini les lendemains ! » Les fantômes se regroupaient dans le cercle, volant tout autour de Lysmée. « Et jettes ton cœur aux orties des chemins... » Leurs dires plongeait Lawn dans une paralysie. Elle cherchait comment s'en sortir, par le biais d'un sort ? Non, cela ne ferait rien aux fantômes. Et si elle les traversaient, elle vomirait immédiatement sur ce coup là. Peut être que son patronus pourrait l'aider... Non, ce n'était pas des détraqueurs ! « Jettes ton cœur... Il n'est bon à rien ! » Les phrases entrechoquaient les murs, les balançant à nouveau sur Lysmée qui se repliait sur elle même sans trouver de solutions. Les spectres, un à un, foncèrent sur elle en disant : « C'est ta faute ! Ta faute ! » Elle posa ses genoux au sol, ses larmes se mêlant à ses mèches de cheveux.

Puis, des cris venant de plus loin : « Des rafleurs, des rafleurs ! » Elle devait s'enfuir, se transplaner, partir... Secouée de tremblements, elle regarda les fantômes avant de remarquer qu'ils flottaient tous un mètre au dessus du sol. Elle devait s'enfuir par le dessous. Pas d'autre choix. Elle se mit sur le flanc et roula, avant de se relever avec précipitation et de s'enfuir, manquant de tomber à de nombreuses reprises. Elle jetait de nombreux regards en arrière, il ne faudrait pas qu'elle se retrouve encore aux prises de ces spectres, elle ne le supporterait pas. Quelques mètres plus bas, une fois à l'abri des regards, elle se transplana dans son appartement, trempée, frissonnante, et surtout marquée au fer rouge par ce qu'elle venait de vivre. Son compagnon se rua sur elle, et tout ce qu'elle pu dire fut : « Plus jamais ça. »


.

pour finir.

comment as-tu fait pour atterrir ici ? ▽ bazzart.
pourquoi t'es-tu inscrit(e) sur le forum & qu'en pense-tu ? ▽ j'étais inscrite sur voice of writing, j'étais lou swann et j'étais amoureuse de l'idée. C'est resté.
decris nous ton rapport, & ce que tu pense, de l'écriture ▽ l'ecriture c'est la vie par procuration. Je veux écrire dans mon futur métier, et pour ne jamais perdre la flamme, j'aimerais être scénariste pour écrire chaque jours au gré de mes envies.
ton auteur favori ▽ charlotte bronte. Assurément.
le dernier livre que tu as lu ▽ quatre filles et un jean, pour toujours, qui m'a fait pleurer comme quand j'étais petite. Ca fait du bien de revenir au source.


Dernière édition par landfill heart. le 30.07.12 18:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▽ messages. : 1177
▽ crédit. : (c) ell.
▽ points. : 572
Date d'inscription : 30/11/2011

MessageSujet: Re: il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville. (clémence) 30.07.12 15:17

le titre est superbe.
bienvenue ici, si tu as la moindre question, n'hésite pas ! I love you

---------------------


« - Vous jouez avec votre vie ! - Et alors ? Il faut bien jouer avec quelque chose ! »
marion cotillard as edith piaf in la mome.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

MessageSujet: Re: il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville. (clémence) 30.07.12 17:23

Bienvenue sur le forum Clémence =)
J'espère que tu te plairas parmi nous Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▽ messages. : 9
▽ crédit. : petite copine
▽ points. : 10
Date d'inscription : 11/06/2012

MessageSujet: Re: il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville. (clémence) 30.07.12 18:03

merci les filles, voilà ma présentation faite, avec un defi rp, je vous garde ma nouvelle en exclu après I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▽ messages. : 1177
▽ crédit. : (c) ell.
▽ points. : 572
Date d'inscription : 30/11/2011

MessageSujet: Re: il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville. (clémence) 30.07.12 18:21

C'est parfait. I love you
rebienvenue alors, si tu étais sur voice, tu connais la maison. tongue je te valide ! I love you
n'hésite pas à faire un tour au niveau du club de lecture et de toutes les parties du forum.

---------------------


« - Vous jouez avec votre vie ! - Et alors ? Il faut bien jouer avec quelque chose ! »
marion cotillard as edith piaf in la mome.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville. (clémence)

Revenir en haut Aller en bas

il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville. (clémence)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'extravagance des mots. :: prologue. :: ▽ et faire tourner la tête à nos âmes perdues. :: membres validés.-